Chaque enfant qu'on enseigne est un homme qu'on gagne.

L'ignorance est la nuit qui commence l'abîme où rampe la raison et l'honnêteté périt.

L'école est sanctuaire autant que la chapelle.

Songeons-y bien, l'école en or change le cuivre, tandis que l'ignorance en plomb transforme l'or.

Donc au petit enfant donnez le petit livre, marchez la lampe en main pour qu'il puisse vous suivre.

 

 

C'est dans l'échec que l'on doit agir.

La violence n’est pas un moyen parmi d’autres d’atteindre la fin, mais le choix délibéré d’atteindre la fin par n’importe quel moyen.

Ne pas choisir, c'est encore choisir.

Seuls les actes décident de ce qu'on a voulu.

Choix et conscience sont une seule et même chose.

La conscience est en réalité une conscience de conscience, car pour être conscience du monde, la conscience doit aussi être conscience d’elle-même.

 

 

L'éducation est une chose admirable, mais il est bon de se souvenir de temps en temps que rien de ce qui est digne d'être connu ne peut s'enseigner.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d'années, on devient vieux parce qu'on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l'âme.

Ce monde est ce que nous en avons fait.

S'il est sans pitié aujourd'hui, c'est parce que nous l'avons rendu impitoyable par nos comportements.

Nous ne pouvons changer le monde que si nous changeons nous-mêmes, et cela commence par notre langage et notre façon de communiquer.